Art sacré

Copie - Vierge à l'enfant de Carlo Marratta

Huile sur toile – 100/70cm

Copie de La Nativité de Carlo Maratta

La Vierge de la miséricorde 

Cette Vierge de la Miséricorde (c’est ainsi qu’on appelle toutes les représentations de Vierge protégeant des personnes sous un manteau) est inspirée de celle de Jean Miralhéti de Nice, mais très différente cependant.
12 étoiles ornent le ciel, la Vierge est nimbée de lumière, la lune sous ses pieds, en référence à la description de la femme du livre de l’Apocalypse.

Comme dans l’apparition de l’Ile Bouchard que je trouve assez féerique, elle est très blonde.

L’humanité présente sous le manteau de l’originale était beaucoup plus nombreuse et d’époque moyenâgeuse. Elle n’était plus d’actualité. J’ai donc tout repensé, plus simple, plus symbolique.
Chaque situation de vie peut se deviner :

– dans le vieillard : la maladie, la vieillesse (et/ou) l’aveuglement de celui qui ne croit pas. Je lui ai donné une tête d’intellectuel ou de vieux scientifique : il arrive au bout de ses recherches…
– l’homme au sac à dos : fatigué par le poids de ses fardeaux personnels,
– la petite fille : c’est l’enfance brisée, blessée (doudou amputé d’un bras) ou juste la simplicité de l’enfant qui vient avec ses petits problèmes,
– le petit garçon : l’enfance miséreuse des trottoirs de Manille où d’ailleurs qui vient se faire câliner par le tout amour,
– la femme enceinte portant un enfant : toutes les maternités… la joie mais aussi le poids de l’angoisse parfois,
– son petit est là, mais il regarde ailleurs comme nos enfants quand ils s’éloignent de Dieu. La mère regarde vers le Ciel, pour lui.
– la femme blonde : une moderne Marie-Madeleine qui se restaure dans sa féminité en Marie, l’honneur et la perfection des femmes.
– une femme relevant de dépression fixant son espérance,
– un homme libéré de ses chaînes (celles de l’esclavage et celles du péché),
– un jeune homme en burn-out, qui pourrait être un prêtre aussi…

Il me restait une place dont je ne savais que faire. L’inspiration m’est finalement venue : le chien de l’aveugle comme un hommage à toute la nature.
Belle contemplation !

Les croix

La croix de Cotignac m’a été commandée pour la propriétaire d’une bastide dont la bergerie avait brûlé.

Les motifs dont elle est ornée sont inspirés de la décoration intérieure de la chapelle privée de la bastide, ce qui fut une très heureuse surprise pour la destinataire de cette œuvre.

La Vierge à la couronne d’olivier est inspirée de l’œuvre d’Arcabas.

La croix des deux Coeurs Unis peut se décliner en plusieurs modèles que je peux vous présenter sur demande.

Chacune des croix est chantournée à la main, peinte et soigneusement patinée et vernie.